Après des années de traitement et d'analyses et des centaines de millions de mesures réalisées entre 1989 et 1993, les scientifiques de la Mission Hipparcos ont livré leurs résultats dans le catalogue Hipparcos.

Dans le catalogue stellaire d'Hipparcos (High Précision Parallax Collecting Satellite), la distance et l'éclat de plus d'un million d'étoiles ont été revus et corrigés, apportant un gain de précision d'un facteur 100 sur les atlas précédents. Le satellite européen Hipparcos pouvait mesurer la parallaxe annuelle des étoiles jusqu'à une limite de 1 milliseconde d'arc. Si on fait le calcul (par trigonométrie, connaissant le diamètre de l'orbite de la terre ), cela représente une sphère d'observation d'environ 6 500 al de diamètre.

La distance de certains astres devra être réévaluée à la baisse, et d'autres à la hausse. Des exemples: les Pléiades sont à 360 al au lieu de 400 al, l'étoile polaire a été rapprochée d'environ 400 al, passant de 820 al à 430 al, la distance de l'ensemble des Céphéides, ces chandelles cosmiques, est plus grande qu'on ne le croyait. Elles sont d
onc intrinsèquement plus lumineuses. Les plus proches d'entre elles sont l'étoile polaire (430 al), delta de Céphée (1,000 al), bêta de la Dorade (1 000 al) et êta de l'Aigle (1 200 al). Cette découverte est capitale. Si ces étoiles sont plus lointaines que prévu, l'échelle de distance des galaxies, donc de l'Univers, est à réévaluer à la hausse. En fait, les galaxies seraient plus éloignées de 10 à 20 %. Le grand nuage de Magellan, que l'on croyait à 170 000 al, se retrouve à 180 000 al. Plus "capotant" encore, la galaxie d'Andromède, qui était à 2,2 millions d'al, est "catapultée" à 2,6 millions d'al.

Mais LA surprise, selon moi, est pour la cosmologie. Hipparcos aurait réglé le cas des étoiles de type RR Lyrae, qu'on disait... plus vieilles que l'Univers...??? En effet, un Univers plus vaste favorise une valeur plus basse de la constante de Hubble qui pourrait être entre 50 et 60 km/s/Mpc. En faisant un petit calcul, on arrive à un âge d'environ 12 milliards d'années pour l'Univers. Quant aux RR Lyrae, l'éclat de ces étoiles, comme celui des Céphéides, a été sous-estimé. Plus brillantes, elles "brûlent" leur carburant plus vite donc vivent moins longtemps. Résultat: leur âge tomberait de 15 milliards d'années à 11 milliards d'années.

Quoi qu'il en soit, une sphère d'observation de 6 500 al est assez modeste comparativement à l'échelle universelle. Il faut prendre ces résultats de façon conditionnelle, mais l
es données du catalogue Hipparcos ont permis de publier l'un des atlas les plus utilisés par nous, astronomes amateurs: le "Millenium Star Atlas". Nous attendons maintenant les résultats du projet "Gaia", dont le satellite fut lancé en 2013, qui étendra cette sphère d'étude jusqu'au centre de la galaxie avec un pouvoir séparateur de 10 microsecondes d'arc, soit 100 fois plus précis qu'Hipparcos. Un premier catalogue intermédiaire d'étoiles baptisé "Gaia DRQ" a d'ailleurs déjà été réalisé à partir des données collectées par Gaia durant 14 mois (du 25 juillet 2014 au 16 septembre 2015) et a été publié le 14 septembre 2016: https://www.aavso.org/content/gaia-data-release-1-summary-astrometric-photometric-and-survey-properties.

"Trippant", tu dis???


Mario Lessard

Octobre 1997

Révision: septembre 2016

JSN Tendo template designed by JoomlaShine.com