La Vierge est une constellation zodiacale très ancienne. Bien qu’à part son étoile principale, l’Épi, elle soit relativement difficile à repérer, elle demeure la deuxième plus grande constellation du ciel. C’est la seule constellation du zodiaque à évoquer une créature féminine.

 

Image publiée dans l'Atlas cœlestis de John Flamsteed (1776) 

 

 
Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Vierge_(constellation) 


Dans la mythologie babylonienne, elle représentait Ashtart, la reine des étoiles. En Inde, la Vierge était connue sous le nom de Kanya, mère du dieu Krishna, et était représentée sous la forme d’une déesse assise devant un feu.

En Europe, depuis les premiers temps du christianisme, la Vierge est assimilée à la Vierge Marie. On a même vu dans l’Épi (Spica), l’étoile la plus brillante de cette constellation, le Divin Enfant dans les bras de sa mère.

Dans l’Antiquité grecque, on a également établi un lien entre la Vierge et Érigone, fille d’Icarios. Érigone fut aimée du dieu Dionysos qui, pour la séduire, se transforma en grappe de raisin.

Dionysos est le fils de Zeus et de la mortelle Sémélé. Devenu adulte, Dionysos découvrit la vigne et son usage. Il fut frappé de folie par la jalousie d'Héra, ce qui le contraignit à errer à travers l'Égypte et la Syrie.

En Icaria, habitait un paysan nommé Icarios qui vivait avec sa fille Érigone (née avec l'aube) et une chienne appelée Maïra (l'Étincelante). Ayant accueilli sans le savoir le dieu Dionysos sous son toit, Icarios lui offrit un repas frugal arrosé de lait. En reconnaissance de cette hospitalité simple et cordiale, Dionysos lui donna un plant de vigne et lui apprit à transformer son fruit en vin. Icarios se mit donc à cultiver la vigne et à produire du vin. Dionysos lui donna une outre pleine de vin, en lui enjoignant de propager la culture de la vigne par toute la terre, et d'y faire connaître ses présents.

Icarios plaça alors sur son chariot cette outre remplie de vin et prit seul la route afin de présenter le don de Dionysos aux bergers de l'Attique. Ceux-ci, ne devinant pas ses effets, en consommèrent sans mesure, s'enivrèrent et tombèrent dans une espèce de délire. Ils s'imaginèrent qu'on leur avait donné du poison et tuèrent Icarios à coups de bâtons, abandonnant son cadavre au pied d'un arbre.

Érigone s'inquiéta de l'absence de son père pendant des semaines et des mois, mais reconnut dans le hurlement de la chienne un indice de la mort de son père. Elle partit donc avec Maïra à la recherche de celui-ci. Tenant dans sa gueule un vêtement du disparu, Maïra conduisit sa maîtresse directement au cadavre d'Icarios. Inconsolable, Érigone se pendit à l'arbre qui marquait la sépulture de son père. La chienne apaisa par sa propre mort les mânes1 d'Érigone. Zeus, pour récompenser sa piété filiale, installa cette dernière dans la constellation de la Vierge.

Certains auteurs grecs ont assimilé la Vierge à l’ancienne déesse égyptienne Isis ; toutefois, c’est surtout avec Perséphone, fille de la déesse Déméter, qu’elle a été confondue.

Plus tard, Cérès, l’équivalent romain de Déméter, sera directement, et non plus par l’intermédiaire de sa fille Perséphone, identifiée à la constellation. Le thème de la fertilité et des récoltes apparaît dans la légende bien connue de l’enlèvement de Perséphone. Le mythe de Déméter-Cérès est donc à l’origine de la signification symbolique actuelle de la constellation.

Déméter, déesse de la terre cultivée, des champs de céréales et des moissons, a appris aux humains les secrets de l'agriculture. Son nom signifie en grec "terre mère". Déesse du blé, dont elle facilite la germination, et de la moisson, dont elle assure la maturation, elle apparaît aussi dans la légende comme une mère aimante et éplorée.

Déméter est la fille des Titans Cronos et Rhéa et elle est la sœur d'Hadès, Hestia, Héra, Poséidon et Zeus. Elle est aussi la mère de Perséphone.

Zeus, sous la forme d'un taureau, obligea Déméter, qui n'en avait guère envie, à s'unir à lui. De cette union est née une ravissante petite déesse, Perséphone, que l'on appelait aussi Coré (nom qui signifie en grec "jeune fille"). Perséphone, élevée parmi les nymphes, était adorée de sa mère qui était très fière d'elle. À l'insu de Déméter, Zeus l'avait promise à son frère Hadès, le souverain des morts.

Un jour, dans la campagne d'Éleusis en Attique, tandis que la jeune fille cueillait des fleurs en compagnie de ses amies les nymphes insouciantes, elle aperçut un beau narcisse qu'elle voulut cueillir. Elle s'approcha du narcisse et au moment où elle allait casser sa tige, la terre s'entrouvrit. Hadès, un bel homme aux yeux et aux cheveux sombres, monté sur un char tiré par des chevaux noirs comme la nuit, surgit et enleva la jeune fille puis disparut dans la crevasse. Celle-ci poussa un cri déchirant qui fut entendu par sa mère.

Déméter quitta l'Olympe à la recherche de sa fille et de l'auteur de l’enlèvement. Pendant neuf jours et neuf nuits, elle erra sur la Terre, sans manger, sans se baigner, sans jamais prendre de repos. Au 10e jour, Hélios, pris de pitié, lui révéla le nom du ravisseur.

Déméter, folle de colère, refusa de regagner le séjour des dieux et menaça de cesser de faire fructifier la terre tant que sa fille ne lui serait pas rendue. Prenant l'aspect d'une vieille femme, elle se fit engager comme nourrice à Éleusis, chez le roi Céléos, qui lui confia son fils Triptolème.

Au palais, tout le monde aimait cette vieille femme. On la logea, on la nourrit, on la traita avec respect. Aussi, Déméter, pour remercier ses hôtes, mais à leur insu, décida-t-elle de rendre Triptolème immortel. Chaque nuit, elle lui donnait à boire le nectar, la boisson des dieux, et couchait l'enfant dans les flammes. Mais voilà qu'un soir, la mère du petit garçon entra dans la chambre et s'affola. Que faisait donc la nourrice? Pour éloigner tout soupçon, Déméter n'eut qu'une alternative: dévoiler sa nature divine. Elle apparut donc dans toute sa splendeur et ordonna au roi et à la reine, frappés de stupeur, de lui construire un temple.

Désormais installée dans un lieu de culte, Déméter continua de se désespérer de l'absence de sa fille et persista à négliger son œuvre de déesse de la culture et des moissons. Résultat: la terre devint stérile et désertique. Sans fruits ni grains, les humains mouraient de faim et l'équilibre du monde était gravement menacé.

Sur l'Olympe, Zeus commença à s'inquiéter pour le sort des mortels. Il intervint auprès d'Hadès pour que Perséphone soit rendue à Déméter. Mais le dieu du Monde souterrain refusa. Zeus envoya alors Hermès dans le Monde souterrain pour y chercher Perséphone et la ramener à sa mère, à la seule condition que, durant son séjour dans le Monde souterrain, elle n'eût rien mangé.

Hadès, devinant la ruse de Zeus, donna à Perséphone des grains de grenade qui symbolisent le mariage, ce qui, magiquement, lui interdirait tout retour au séjour des vivants. Ainsi, pensait-il, il pourrait garder Perséphone. Pourtant, le dieu fut obligé d'accepter un compromis. Perséphone ne resterait auprès de lui que durant six mois et demeurerait auprès de Déméter pendant l'autre moitié de l'année. Déméter se résolut à donner son accord et accepta de quitter le Monde des mortels pour remonter sur l'Olympe. Mais avant, elle enseigna les secrets de la culture du blé au jeune Triptolème, qu'elle n'avait pas réussi à rendre immortel, et lui confia la mission de les apprendre aux humains. Ses fonctions de divinité de la nature féconde, Déméter ne voulut plus les exercer qu'au rythme des retours de sa fille.

Chaque année, quand Perséphone s'échappe du Monde souterrain, toute la nature renaît. Les fleurs et les fruits poussent, les blés sortent de la terre et mûrissent: c'est le printemps, puis l'été. Après la moisson, quand vient l'automne, Perséphone quitte sa mère et rejoint son compagnon souterrain. À l'image du cœur de la mère désolée, suit une triste saison où la terre s'endort et la végétation meurt: c'est l'hiver profond. Mais, alors que toute vie semble arrêtée, déjà, se prépare sous terre, avec le retour de Perséphone, l'éclosion d'un nouveau printemps.

La Vierge est représentée sous l’aspect d’une jeune fille, souvent ailée, étendue sur l’écliptique. Elle tient une palme dans la main droite et une gerbe de blé dans la main gauche; c’est "l’Épi de la Vierge", l'étoile Spica. Elle est placée dans les cieux tout près de la Balance.

1 Les mânes sont les âmes divinisées des morts.

Gisèle Gilbert, novembre 1996

Révision: octobre 2016

Références:

SCHMIDT, Joel. Dictionnaire de la Mythologie grecque et romaine, Larousse, Histoire.

HAMILTON, Edith. La mythologie, ses dieux, ses héros, ses légendes, Marabout.

http://www.sylvie-tribut-astrologue.com/2012/08/28/la-constellation-de-la-vierge/

https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9m%C3%A9ter

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vierge_(constellation)

JSN Tendo template designed by JoomlaShine.com