Imprimer 

 

Seule avec le ciel et les comètes, en temps de pandémie

Val-Racine, 19 avril 2020

Juste avant la noirceur totale, j’ai pointé mon 12 po sur la comète C/2019 Y1 (ATLAS), dans Cassiopée. Contente d’avoir zigonné un angle différent depuis mon observatoire pour observer au nord et nord-ouest, j’ai parcouru ce coin de ciel avant que le tout ne soit trop bas. Non loin de l’étoile 31 Cas, la comète fut un très beau spectacle. Très brillante, mais sans centre stellaire ni queue, l’allongement de sa forme ovale était davantage évident avec le filtre à comètes. 

De retour à l’autre bout du ciel, dans la Girafe cette fois-ci. Impossible de trouver la C/2017 T2 (PANSTARRS). En sachant que Hugues Lacombe l’avait vue à 98 x le 17 avril, ça m’encourage à mieux me préparer et à réessayer dès que possible. Au moins, j’ai pu admirer la très belle Beta Cam, une rare supergéante jaune et l’étoile la plus lumineuse de la constellation (ce qui peut être mêlant avec cette pâle constellation). Dans ce système multiple, j’ai aussi observé sa compagne blanc-bleuâtre, de magnitude 8.9 à un plus d’un degré de séparation.

Comete2017T2JBDesrosiers 

 C/2017 T2 (PANSTARRS)

Avril 2020

Photo prise par

Jean-Bruno Desrosiers

 

Finalement, la C/2019 Y4 (ATLAS), au sud de 36 Cam, fut facile à trouver. Suite à sa dislocation récente, elle était encore observable, mais je parierais cependant qu’on ne pourra pas la voir encore très longtemps… Hier soir, elle était encore très large, mais à 75x elle avait l’air simplement d’une grosse tache gris foncé se détachant à peine du fond noir. Dommage qu’elle n’ait pas tenu ses promesses.

C/2019 Y4 (ATLAS)

Avril 2020

Photo prise par

Jean-Bruno Desrosiers

Comete2019Y4JBDesrosiers

Val-Racine, deux belles soirées d’affilée, 23 et 24 avril 2020

Le 23 avril, à Val-Racine, la transparence était vraiment exceptionnelle et le ciel, totalement dégagé. Mais éprouvant des ennuis de santé, je me suis limitée à la comète C/2019 Y1 (ATLAS) dans Cassiopée. J’étais contente de la suivre, car elle est facile à trouver et intéressante à observer. J’ai bien reconnu son centre brillant de forme ovale et sa coma, vaguement allongée vers le nord-ouest. Située près de l’étoile HIP 8057 (mag. 7.6) et d’une autre de mag. 10, j’ai évalué le centre de la comète à environ mag. 9. Puis j’ai dû plier bagage, le cœur gros sous un si beau ciel ! 

Le 24, j’allais déjà mieux, mais le ciel lui, beaucoup moins ! Plusieurs nuages allongés et une transparence plus qu’ordinaire. Je force d’abord la machine à pleine puissance sur Vénus avant son coucher derrière le mont Saint-Joseph. À 333x, je perçois même une légère nuance de gris près du terminateur, mais est-ce mon imagination ? Pas facile de voir des nuances sur une planète avec un tel albédo et d’apparence si uniforme ! Mais son croissant est très bien défini, à une phase que j’estime à 35 %.

Retour sur la C/2019 Y1 (ATLAS), cette fois-ci, près de HIP 8962 (mag. 7.4). Même observation qu’hier, mais avec l’ajout du barlong, je confirme que son halo s’étire vers le nord-ouest, sans présence de queue cependant. Quelle beauté que cette comète !

La C/2017 T2 (PANSTARRS), dans la Girafe, s’approche allègrement de la Petite Ourse. Elle demeure intéressante, mais m’apparaît un peu moins brillante que l’Atlas, contrairement à ce qu’en dit Stellarium. Son halo est moins étiré, de forme plus arrondie autour du centre.

Longue recherche sur C/2019 Y4 (ATLAS), la disloquée, qui s’est soldée sur un échec. Je vais réessayer une dernière fois ce soir puis j’en ferai mon deuil si j’échoue à nouveau. Faut que l’observation reste un plaisir !

Les 21 et 22 mai, j'ai pu profiter de deux autres soirées d’observation consécutives par temps doux, sans lune… et la même émotion forte d’une soirée à l’autre !

La comète C/2017 T2 PANSTARRS était tout près de la nébuleuse de Bode, dans la Grande Ourse ! Je pouvais très bien voir le trio dans le champ de mes jumelles 10.5 x 70. De quoi donner le goût de croquer en photo ce beau rapprochement… J’avais devant moi une occasion en or de comparer ces trois nébulosités en luminosité et en grandeur. La comète a une étendue apparente presque aussi grande que M81, mais avec une luminosité qui s’approche de M82 (mag 8.45). Le 21 mai, en défocussant le centre de la comète, celle-ci révélait une brillance équivalente à l’étoile HIP 48660, soit 8.25. J’ai bien reconnu sa coma ovale et décelé son cœur stellaire à 334x.

Le soir du 22 mai, l’émotion fut encore plus forte ! La comète s’était approchée encore davantage de M82 et maintenant c’était à l’oculaire  (50x) que je pouvais voir les deux objets à chaque extrémité du champ. C’était tout simplement MAGNIFIQUE… Les trois objets formaient presque une ligne droite et symétrique : la distance de 38’ entre M81 et M82 et celle de 50’ entre M82 et la comète se ressemblaient beaucoup ! Puisque la comète était devant une étoile, j’avais une référence pour constater son déplacement. J’ai alors fait le tour de plusieurs galaxies situées autour de la nébuleuse de Bode. Les NGC3077, NGC2976 et IC2574 (échec à l’observation pour celle-ci : j’ai lu qu’elle ne faisait que 14’’ d’étendue et avec une faible brillance de surface) font toutes trois partie du groupe de galaxies de M81. Un peu plus loin, la paire NGC2985 (mag 10.6) et NGC3027 (plus difficile avec sa mag 12.3) était intéressante à voir. Mais comme toutes ces galaxies n’étaient pas aussi faciles à trouver que la nébuleuse de Bode, j’ai pris mon temps pour les chercher et entre chacune, je revenais sur la comète pour observer son déplacement par rapport à l’étoile de référence… et oui, elle bougeait ! En une heure, elle s’était déplacée d’une minute d’arc dans le ciel.

Manon Bouchard

Avril et mai 2020

C/2019 Y4 (ATLAS) et C/2019 Y1 (ATLAS)

ATLAS, pour faire court. Un nom de géant pour des astres minuscules baptisés ici en référence à Asteroid Terrestrial-Impact Last Alert System, le programme qui les a détectées dans les ténèbres des confins du système solaire.

C / 2017 T2 (PANSTARRS) comète découverte grâce au système de relevé astronomique Panoramic Survey Telescope And Rapid Response System (Pan-STARRS).