ComteNEOWISERDubuc9juillet

J'étais sans mots quand j’ai vu cette comète pour la première fois. Un cadeau qui n’arrive pas tous les 25 décembre pour les astronomes. Photo prise à Saint-Georges-de-Windsor à 3 h 45, le 9 juillet 2020.

Raphaël Dubuc.

 

Comète C/2020 F3 Neowise

 

 


ComteNeowise9juilletRDubuc

Photo prise le 9 juillet, avec lunette 500 mm et Canon 6 D. 40 poses de 2 secondes à 1600 ISO. Deux photos grand champ et 1 photo de 2,5 sec. à 800 iso. Raphaël Dubuc 

NEOWISE 7 juillet 2020 à 4 h. am. Daniel Brousseau. Cinq poses de 1 sec. avec le Canon 6D, objectif 200mm, f/5,6, ISO 3200, empilées avec Photoshop.

Neowise7juillet2020DBrousseau


 NeowiseDBrousseau

10 juillet 2020, comète C/2020 F3 NEOWISE.  Daniel Brousseau

10 juillet 2020. Moi aussi je l’ai bien vu ce matin à l’œil nu entre 3 h 25 et 4 h 15 jusqu’au chant des oiseaux. Avec ma lunette d’observation, ça sortait très bien avec un grossissement de 22 à 67. Le plus beau était à x 22 entre 3 h 30 et 4 h 00. Je pouvais voir sa chevelure sur environ 1 degré de long et la largeur probablement de 0,1 à 0,2 degré. Et j’en ai profité pour regarder vite-vite Jupiter, Saturne, Mars, Vénus et la Lune.

Sur l’inspiration du moment, je l’ai prise en photo avec mon téléphone. Rien à voir avec les photos de Raphaël et Daniel, mais comme je n’avais rien planifié, j’en suis quand même surpris. Voir le Cocher/Capella, Persée, les Pléiades, et les couleurs matinales en plus. J’étais au club de golf du Mont-Orford. Déjà, le personnel s’affairait à préparer le terrain et ça me tournait autour...

Mario Banville

Neowise10juillet2020MBanvilleOrford



10 juillet 2020, 4 h am. Comète visible à l'oeil nu.

Le matin idéal, la comète à son meilleur, un ciel dégagé,

20 degrés, pas de moustiques.

Daniel Brousseau avec sa conjointe Claire. 

Neowise10juillet2020DBrousseau


Neowise21juilletDBrousseau

Comète NEOWISE

(Photo Daniel Brousseau)

7 juillet.

Cadran à 3 h 30 pour mardi. Matériel déjà préparé la veille et près de la porte. En robe de chambre, je sors dehors. De mon balcon arrière, l’horizon nord-est est bien placé pour moi. Malgré le dôme lumineux de la ville, je distingue Capella et les étoiles des chevreaux. Je distingue aussi l’étoile Bêta, mais, malheureusement, pas Omicron, l’étoile dont j’ai besoin pour repérer la comète. Bien oui, un nuage stable et épais me cache toute cette section. Pas moyen de distinguer quelque chose. GRRRRRRRR....J’ai essayé un bon 20 minutes mais peine perdue. De plus, les lueurs du soleil levant commençaient à être plus gênantes.

Je me suis donc dirigée vers la constellation du Taureau ou Vénus et Aldébaran étaient pétantes de couleur. J’ai même sorti ma lunette d’oiseaux pour contempler Vénus. Grossi à 45 fois, j’ai pu admirer son beau croissant.

8 juillet.

Ce matin, mercredi, toujours à 3 h 30, je suis sortie sur le balcon. Rien à faire, tout est bouché dans le secteur. Les nuages ont envahi le ciel. Rien à faire encore une fois. Pas de comète NEOWISE pour moi. Zut !!!

J’ai vu qu’il y a eu des gens plus chanceux que moi. Merci de partager avec nous vos expériences. Je vais m’en contenter.  ;o)))

9 juillet jeudi

Bonne nouvelle pour moi. J’ai réessayé la comète NEOWISE cette nuit et j’ai réussi à la trouver. En me couchant hier soir, avec le brouillard qui recouvrait toute la ville, je ne pensais pas réussir l’exploit. Je l’ai trouvée quand même assez facilement. Cœur très brillant, mais une belle queue avec ça. Cette vision n’a pas duré longtemps, car je l’ai perdue dans le brouillard très rapidement. Je ne voyais plus Omicron et Aldébaran avait perdu sa très grande brillance de la veille. NEOWISE, cannée... C’était officiellement ma 27e observation d’une comète. Yessss !

Avant de rentrer, j’ai jeté un dernier regard sur Vénus qui triomphait encore dans le ciel. Je vais me réessayer cette nuit en espérant que les conditions du ciel soient meilleures. Je suis très contente, car mes efforts ont payé. ;o))))

10 juillet, vendredi

Cette nuit, à 3 h 30, j’ai fait un autre essai pour mieux voir la comète. De la fenêtre de ma chambre, elle est là, bien visible. Enfin, après 3 essais plus ou moins fructueux, j’ai pu la voir dans toute sa beauté.  ;o)))

C’est vrai qu’elle est bien visible à l’œil nu. J’ai tenté un grossissement de 45X avec ma lunette d’approche, mais je distinguais plus de détails avec mes jumelles 10X42. Quelle belle comète ! Elle restera dans ma mémoire parmi les plus belles comètes que j’ai vues.  ;o)

Elle vaut vraiment la peine qu’on se lève à 3 h 30 du matin pour l’observer.  ;o)

Gisèle

10 juillet. Une tentative de « photographie des astres »... Rien à comparer à l’astrophotographie que pratiquent, avec brio, Daniel et Raphaël. 

Mais, un beau souvenir récolté en compagnie de Daniel et de Claire... soirée magnifique !

Hubert Lavigueur

NEOWISEHLavigueur10juillet60

10 juillet

Hé oui, cette nuit j’ai vu cette fascinante comète. On a même eu droit à un passage de l’ISS avant. Trop beau j’ai réveillé mon chum pour qu’il admire ça.  De plus, j’ai dû monter sur ma table de pique-nique puisqu’une haie de cèdres nous coupe la vue NE.  Preuve que notre table à pique-nique est solide….

Lyse Dumouchel

14 juillet

Hier soir, je me suis installé sur mon balcon côté nord-Ouest pour observer la comète Neowise. Je l’ai enfin vue... Ouais !!! Tout de suite, je suis descendu en bas avec mes jumelles pour mieux la voir.  Il y a une petite butte chez moi.  Je suis monté dessus, j’ai installé mes jumelles sur trépied et je l’ai regardée de plus près. À ma grande surprise, j’ai vu un point jaunâtre (tâche floue) et soudain la grande queue... Wow !  C’était magnifique ! Je me suis dit pourquoi ne pas installer ma lunette pour les oiseaux.  Et v’lan 64x de grossissement.  Je voyais très bien la queue de poussière de « Slush Puppy ». Personnellement, je l’ai trouvée plus belle que Hale-Bopp !

Je suis remonté sur mon balcon et les nuages sont apparus vers minuit. Hélas je n’ai pas eu beaucoup de temps pour la regarder. Ce soir, je me reprends... Je vais l’observer à nouveau ! Cette fois-ci, je vais m’installer sur la butte !

 Ti-Guy Dumoulin

Hier soir, 24 juillet 2020, c’était la quatrième fois que j’observais Neowise et le ciel étoilé au 14e rang de Stoke. Neowise est de plus en plus haute dans le ciel et sa queue se déplace maintenant vers la gauche. Vraiment un fabuleux évènement astronomique. C’est tout simplement beau à observer. Ça nous amène dans l’ailleurs. Le ciel du 14 est vraiment noir. Pour ma part, ce ciel est une belle découverte. Petite ombre au tableau, on perd le sud. Mais, ce qui m’a tout d’abord frappé, c’est le silence. On n’entend rien, moins que rien.Vers 9 h 30 je me suis assis, café à la main, le regard vers le ciel étoilé. Puis, observation aux jumelles de Neowise. Le silence, la luminosité de la comète et l’arôme de mon café font bon ménage. Moment paisible s’il en fut un.

Puis est arrivé Joël. Le silence s’est éteint, mon clapet s’est mis à fonctionner. Selon Joël, la noirceur du 14 se compare sensiblement au mont Hereford. Pour la troisième fois, j’ai observé le fameux satellite qui flashe (dont Daniel B. a trouvé le nom, mais que j’ai déjà oublié). Vraiment impressionnant. Plus tard dans la soirée, Daniel Vachon, accompagné de sa conjointe et de sa fille, est arrivé. Il s’est installé pour photographier la comète et d’autres objets du ciel tout en nous partageant ses photos et sa technique de pose. Beau partage...

Était également présent un couple de Montréal qui se préparait à dormir dans le stationnement afin de se lever tôt pour faire les sentiers de l’Estrie. Joël a partagé avec eux. Ils furent très impressionnés par la comète et très intéressés par les propos de Joël.

Bref, une autre très belle soirée sous le ciel de Neowise...

Michel Nault

Neowise24juilletDanielVachon

Excellent compte rendu Michel. Effectivement soirée très agréable. J’ai fait quelques photos cette soirée-là. Malgré un focus pas tout à fait au point je suis quand même satisfait de mes photos.

NOTE : 1 photo seulement, donc pas de traitement des photos en lots ou en pile et aucun ajustement de contraste ou de luminosité.

Daniel Vachon

 

Pour reprendre les paroles de Charles Desjardins...

Très belles images tout le monde !

Mais, souvenez-vous que la plus belle est celle que vous avez vue réellement...

La Voie lactée est bien protégée...

Parc Écoforestier de Johnville, 26 avril 2020

VoielacteMarsRDubuc 
 La Voie lactée. Photo prise par Raphaël Dubuc

Bonsoir à vous tous chers (ères) membres du CAAS.

Hier soir, j’en étais à ma quatrième sortie. Le ciel était bien dégagé jusque vers minuit. La vue du petit quartier de Lune côtoyant la brillance de Vénus était fabuleuse. Le simple regard de cette dualité valait le déplacement.

Le dévoilement de la Lune en était au troisième soir. Ce croissant de Lune étant trop invitant j’en ai fait un bref survol du terminateur. Le secteur de la mer des Crises est vraiment fascinant. Tout près de la mer des Crises se trouve un très beau trio : Messala, Germinus, et Cléomède. Ce dernier est d’une largeur de 126 km et d’une profondeur de 3000 m. Je me suis également attardé aux cratères Langrenus et Vendelinus. Le diamètre de Langrenus est de 130 km. En son centre, deux sommets de 1000 mètres en font sa particularité. J’ai terminé brièvement mon survol du terminateur en observant ce quatuor : Petavius, Snellius, Stevinus et Furnerius.

Ce fut une bien belle balade... À refaire.

Puis, petit regard éclatant sur le croissant de Vénus. J’ai terminé ma soirée en faisant le tour de quelques objets Messier.

M3, amas globulaire dans le Chien de chasse ; M53, amas globulaire dans la Chevelure de Bérénice. Vaine tentative pour M64 qui est la galaxie de l’Œil noir à proximité de M53 ; Amas de Coma qui est un groupe d’étoiles sur 5 degrés de largeur (amas visible à l’œil nu) ; M13 et M92, deux amas globulaires dans Hercule ; le fascinant duo M81 et M82, galaxies dans la Grande Ourse ; M36, M37 et M38, le trio d’amas galactiques dans le Cocher ; M57, la nébuleuse de l’Anneau dans la Lyre ; la magnifique étoile triple dans le Cygne composé de deux bleues et une orangée et enfin, dans le Dragon, la nébuleuse l’Œil de chat (une des plus belles).

Tentative à plusieurs reprises d’observer M4 qui est un amas globulaire de magnitude 6 dans le Scorpion, tout près d’Antarès. D’habitude, c’est un objet qui ne m’offre aucune difficulté à l’observation. J’ai eu beau analyser mes vaines tentatives, le résultat fut le même. Niet, M4 a disparu.

Il y a quelques semaines, à ma première nuit d’observation, j’ai eu beaucoup de difficulté à trouver mes objets. Je ne suis pas habitué à observer au printemps, les constellations sont inversées. J’ai eu de la difficulté à trouver mon compagnon de nuit NGC457 le petit bonhomme dans Cassiopée (ET). Il était plus penché, presque allongé. De plus, il s’était déguisé. Il portait un masque bleu, une jaquette jaune et des gants comme nos anges gardiens terrestres. On peut dormir sur nos deux oreilles ; la Voie lactée est bien protégée...

Michel Nault

 

Conjonction Lune et Vénus

4 h du matin, 19 juin 2020

Belle conjonction photographiée juste avant le lever du Soleil.

J'ai manqué de justesse la sortie de Vénus derrière la Lune. Il aurait fallu aller à Terre-Neuve pour voir cela.

Daniel Brousseau

SetupDBrousseaujuin2020 LuneVenus19juin2020DBrousseau LuneVenusjuin2020DBrousseau
     

 

Seule avec le ciel et les comètes, en temps de pandémie

Val-Racine, 19 avril 2020

Juste avant la noirceur totale, j’ai pointé mon 12 po sur la comète C/2019 Y1 (ATLAS), dans Cassiopée. Contente d’avoir zigonné un angle différent depuis mon observatoire pour observer au nord et nord-ouest, j’ai parcouru ce coin de ciel avant que le tout ne soit trop bas. Non loin de l’étoile 31 Cas, la comète fut un très beau spectacle. Très brillante, mais sans centre stellaire ni queue, l’allongement de sa forme ovale était davantage évident avec le filtre à comètes. 

De retour à l’autre bout du ciel, dans la Girafe cette fois-ci. Impossible de trouver la C/2017 T2 (PANSTARRS). En sachant que Hugues Lacombe l’avait vue à 98 x le 17 avril, ça m’encourage à mieux me préparer et à réessayer dès que possible. Au moins, j’ai pu admirer la très belle Beta Cam, une rare supergéante jaune et l’étoile la plus lumineuse de la constellation (ce qui peut être mêlant avec cette pâle constellation). Dans ce système multiple, j’ai aussi observé sa compagne blanc-bleuâtre, de magnitude 8.9 à un plus d’un degré de séparation.

Comete2017T2JBDesrosiers 

 C/2017 T2 (PANSTARRS)

Avril 2020

Photo prise par

Jean-Bruno Desrosiers

 

La Loi de TITIUS-BODE

Je ne me souviens plus ou j’ai vu cette loi la première fois, mais ce fut pour moi un choc, presque une révélation. Que l’on puisse prédire la position des planètes du système solaire grâce à une petite formule toute simple...

L’histoire commence avec Johann Daniel Tietz (que l’on appelait aussi Titius), astronome allemand et professeur à Wittenberg. Il remarqua que cette séquence semblait expliquer la distance moyenne de chacune des planètes connues du Soleil. C’est au directeur de l’Observatoire de Berlin, Johann Elert Bode, que l’on doit d’avoir popularisé cette observation, connue sous le nom de règle Bode-Titius.

JSN Tendo template designed by JoomlaShine.com